Vous êtes unique, votre programme aussi

Perte de poids avant la grossesse

Pourquoi perdre du poids avant la grossesse ?

De nombreuses études ont démontré l’influence du poids sur la fertilité. En effet, un excès de poids peut avoir une incidence sur la capacité à concevoir un bébé naturellement. Le surpoids est souvent associé à un dérèglement hormonal du corps, ce qui peut affecter votre capacité à ovuler régulièrement, et donc à obtenir une grossesse.

La perte de poids, avec accompagnement diététique par un professionnel de la santé et régime alimentaire sur-mesure, est la première option proposée aux femmes en surpoids qui souhaitent tomber enceintes.

Surpoids et fertilité

Il a été démontré que le surpoids réduit la fertilité. Dans le cas d’un surpoids, la perte de poids apporte un bénéfice majeur, surtout si elle a lieu avant la conception plutôt que pendant. Elle participe à l’amélioration des taux de grossesse et à une diminution du recours à la FIV.

Les bénéfices de la perte de poids avant la grossesse

En particulier, une perte de poids progressive et raisonnable avant la grossesse peut permettre d’améliorer :

  • la fertilité (meilleure qualité ovocytaire, normalisation des cycles, réduction du risque de fausse couche, et amélioration de l’implantation de l’embryon) ;
  • le déroulement de la grossesse (réduction du risque de diabète gestationnel) ;
  • la santé du bébé et la santé de la future maman.

Comment BeMum vous aide à tomber enceinte ?

Faites notre test fertilité et découvrez les conseils de nos experts pour booster votre fertilité

Je fais le test fertilité

​Perte de poids avant la grossesse et syndrome des ovaires polykystiques

​En cas de surpoids, la perte de poids est également le premier conseil prodigué par les médecins dans le cas d’un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Le syndrome des ovaires polykystiques est un trouble endocrinien très courant qui touche une femme sur cinq (20%) en âge de procréer. Le trouble de l’ovulation figure parmi les principaux symptômes du syndrome des ovaires polykystiques. 50 % des femmes avec un SOPK ont une infertilité primaire, et 25 % ont une infertilité secondaire. Chez les femmes atteintes de SOPK, on observe souvent une rareté, voire une absence d’ovulation. Leurs cycles sont généralement irréguliers et plus longs, entre 35 à 40 jours.

Nos compléments alimentaires sont fabriqués en France

Développé par des experts de la nutrition et de la fertilité

Remboursement partiel possible par votre mutuelle

Vos données sont 100% sécurisées et confidentielles