Avoir un enfant à 40 ans : comment optimiser ses chances ?

Avoir un enfant à 40 ans est tout à fait possible, il existe cependant quelques mesures quotidiennes pour améliorer son hygiène de vie et son alimentation et ainsi optimiser ses chances de tomber enceinte.

Quelles solutions pour avoir un enfant à 40 ans et plus ?

Avec le recul de l’âge de la maternité, les grossesses après 40 ans sont de plus en plus fréquentes. Pour avoir un enfant à 40 ans, il faut généralement plus de temps. Toutefois, il serait injuste de penser que c’est impossible. Pour optimiser ses chances de concevoir à la quarantaine, plusieurs paramètres sont à prendre en considération. Découvrez toutes les solutions pour avoir un enfant à 40 ans.

Est-il possible de tomber enceinte après 40 ans ?

Oui, il est possible d’avoir un enfant à 40 ans. La fenêtre de fertilité, qui désigne la période durant laquelle une femme est en capacité de concevoir, débute dès les premières règles, à la puberté, et se termine à la ménopause. Toutefois, durant cette période, la fertilité peut décroitre ou augmenter selon plusieurs facteurs :

  • L’âge : la conception ne survient pas toujours au cours du premier cycle avec des rapports non protégés. En moyenne, il faut attendre entre 3 à 5 mois pour un couple jeune avant d’obtenir une grossesse. Ce délai tend à augmenter avec l’âge. Selon l’Institut National d’Études Démographiques (INED), « On peut ainsi estimer qu’une femme cherchant à avoir un enfant vers 30 ans a 75 % de chances d’y parvenir en 12 mois, 66 % de chances si elle commence à 35 ans, et 44 % si elle commence à 40 ans. Les risques de ne pas y parvenir du tout sont respectivement de 8 %, 15 % et 36 % ».
  • Le poids : plusieurs études tendent à démontrer que le poids joue un rôle majeur dans l’hypofertilité des couples. Selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), chez la femme, le risque d’infertilité après un an de tentative est augmenté de 27% en cas de surpoids et de 78% en cas d’obésité. Au contraire, une trop grande maigreur peut entrainer une baisse de la fertilité en bouleversant l’équilibre hormonal. Pour optimiser ses chances d’avoir un enfant à 40 ans, il est grandement recommandé d’atteindre un IMC normal, compris entre 18,5 et 24,9.
  • L’état de santé : plusieurs pathologies peuvent être source d’une infertilité chez la femme. L’endométriose, le syndrome des ovaires polykystiques, l’insuffisance primaire ovarienne, ou encore certaines infections peuvent également être une cause d’infertilité. Un bilan d’infertilité complet et une prise en charge médicale peuvent être nécessaires afin d’optimiser ses chances de tomber enceinte après 40 ans.
  • Le tabagisme et la consommation d’alcool : les effets délétères du tabac et de l’alcool sont liés au stress oxydatif. Le stress oxydatif contribue à une réduction de la qualité des ovocytes et à une diminution des chances de fécondation. Limiter sa consommation d’alcool et de tabac participe à améliorer ses chances d’avoir un enfant à 40 ans.

Un apport en antioxydants, par l’intermédiaire de l’alimentation et de compléments alimentaires, permet de préserver plus longtemps la qualité des ovocytes.

Comment augmenter ses chances de tomber enceinte après 40 ans ?

Pour augmenter ses chances de tomber enceinte après 40 ans, plusieurs mesures liées à l’alimentation et à l’hygiène de vie, peuvent être prises.

Changer son alimentation

Pour favoriser la fertilité et avoir un enfant après 40 ans dans les meilleures conditions, le corps a besoin de vitamines et d'oligoéléments. Pour améliorer ses chances de conception, il est essentiel d’avoir une alimentation saine, variée et équilibrée, riche en vitamines B6, B9, B12, D et en zinc, magnésium, sélénium, iode et fer. Pour éviter les carences et donner à votre corps tout ce dont il a besoin, soyez attentif à votre bol alimentaire. L’idée n’est pas de se lancer dans un régime strict, mais bel et bien de rééquilibrer son alimentation pour booster sa fertilité. Certains aliments, riches en antioxydants, seront particulièrement utiles afin de réduire le stress oxydatif et de contribuer à préserver la qualité des ovocytes le plus longtemps possible.

Pour composer vos menus, il est recommandé de vous faire épauler par un professionnel de la nutrition. Sur la base de vos habitudes et de vos présences, le nutritionniste mettra au point des menus adaptés dans le but de mettre toutes les chances de votre côté pour avoir un enfant à 40 ans.

Faire attention à ses habitudes de vie

Le changement d’habitude de vie participe à améliorer la fertilité, et ce, à tout âge. Changer son mode de vie passe par l’alimentation, mais aussi par la réduction de sa consommation d’alcool et l’arrêt du tabac. L’utilisation de produits cosmétiques ou ménagers contenant des perturbateurs endocriniens contribue également à la difficulté à avoir un enfant à 40 ans. Qu’il s’agisse des aliments ou des produits du quotidien, privilégiez la qualité. Tournez-vous le plus possible vers des formules bio et naturelles, sans ajout de produits chimiques.

Identifier le moment de l’ovulation

Identifier le moment de l’ovulation permet de savoir à quel moment il est plus propice d’avoir un rapport sexuel. L’ovulation fait référence à la phase d'expulsion de l'ovocyte par l'ovaire, ainsi prêt à être fécondé par un spermatozoïde.

Le cycle féminin débute le premier jour des règles et se termine le premier jour des règles suivantes. Il est composé de trois phases : la phase folliculaire, l’ovulation et la phase lutéale. Dans un cycle de 28 jours, l’ovulation a généralement lieu le 14e jour après le 1er jour des règles qui marque le début du cycle.

Pour les femmes n’ayant pas un cycle régulier, il est également possible de reconnaître la période de l’ovulation par l’observation de plusieurs symptômes. En effet, la période d’ovulation peut se manifester à travers les symptômes suivants :

  • La présence de glaire cervicale transparente et filante ;
  • Une sensation de seins en tension ;
  • Des douleurs abdominales ;
  • Une libido au beau fixe.

La courbe de température est également un moyen de connaître à quel moment avoir un rapport pour optimiser ses chances d’avoir un enfant à 40 ans. Il s’agit d’une méthode consistant à relever sa température chaque matin, au réveil, du 1er jour du cycle au 1er jour du cycle suivant. Pour prendre sa température, il est important de toujours procéder avec le même thermomètre et de la même façon, de préférence par voie rectale.

Au moment de l’ovulation, on observe sur la courbe une légère baisse de température. La température va ensuite augmenter de manière soudaine, ce qui signifie que l’ovulation a eu lieu la veille. Pour rendre l’exercice plus facile, il est également possible de se procurer un test d’ovulation en pharmacie. Ce test sera particulièrement utile dans le cas de cycles menstruels irréguliers.

Quels sont les risques associés à la grossesse après 40 ans ?

Les grossesses tardives présentes plus de risques que les grossesses avant 40 ans. En effet, après 40 ans, le risque de fausse couche au premier trimestre dépasse les 30% et le risque d’accouchement prématuré est lui aussi accentué. Le diabète gestationnel et l’hypertension artérielle représentent des facteurs de risque pouvant être associés à une grossesse tardive. Le vieillissement des ovules entraine également un risque de d’anomalies chromosomiques, comme par exemple la trisomie 21, qui augmente avec l’âge. Pour dépister la trisomie 21, l’amniocentèse n’est pas systématique proposée. À partir de 40 ans, d’autres examens existent : la clarté nucale, qui consiste à mesurer l’épaisseur de la nuque du fœtus à la première échographie, la mesure des marqueurs sanguins de la mère au deuxième trimestre et l’analyse de l’ADN fœtal dans le sang de la mère qui est maintenant pratiquée en routine par plusieurs laboratoires.

Toutefois, rassurez-vous, il est tout à fait possible d’avoir un enfant après 40 ans, sans pour autant être victime de complications. Les grossesses après 40 ans sont généralement plus surveillées afin de vivre cette période de manière plus sereine.

Avoir un enfant après 40 ans : quels avantages ?

Qu’il s’agisse du premier enfant, du dernier, ou encore d’un bébé désiré dans le cadre d’une nouvelle union, avoir un enfant à 40 ans est de plus en plus fréquent. Même si les grossesses tardives présentent certains risques, elles possèdent également un grand nombre d’avantages.

À 40 ans, faire un bébé est généralement une décision mûrement réfléchie. Mieux installés dans la vie, professionnelle comme privé, les futures mamans après 40 ans ont généralement une meilleure place socio-économique. À cet âge, les femmes gèrent mieux leur grossesse. La maturité permet de mieux appréhender toutes les étapes de la grossesse, et de vivre cette période sans éprouver trop de stress.

 

Articles qui peuvent vous intéresser

Nos compléments alimentaires sont fabriqués en France

Développé par des experts de la nutrition et de la fertilité

Remboursement partiel possible par votre mutuelle

Vos données sont 100% sécurisées et confidentielles